Comment bien choisir sa micro-station ?

Micro-station à culture libre, bous activée ou SBR

Il existe deux sous-familles de micro-station à culture libre : les « boues activées » et les systèmes « SBR »:

Dans le cadre des micro-stations  « à culture libre », le traitement se réalise dans un même compartiment vide de tous support bactérien. De même, il n’y a pas dans les micro-stations à culture libre de compartiments assurant chacun une fonction. L’ensemble des eaux issues de la décantation se retrouvent en phase de traitement (boues comprises). Dès lors, les micro-stations à culture libre génèrent automatiquement une fréquence de vidange élevée. De plus, une quantité importante de boues se retrouve souvent sur les diffuseurs d’air.

À ce titre, nous verrons plus bas que les micro-stations à culture fixées disposent systématiquement d’une décantation primaire. En effet, celles-ci ne traitent donc que les eaux pré-décantées.

Autres inconvénients de la culture libre

En effet, du fait d’une faible quantité de bactéries, elles doivent être programmées à leur coffret de commande, en cas de surcharge, par exemple, une réception sur un week end, ou encore en cas de sous charges (vacances). Cette technologie faible génère peu de bactéries et n’est pas toujours en mesure de traiter les différences de charges. 

Si vous souhaitez ne pas avoir à programmer votre micro-station en permanence et espacer la fréquence de vos vidanges, nous vous conseillons fortement les micro-stations à culture fixées bien plus adaptées aux résidences de 1 à 20 EH.

Cependant, les systèmes à boues activées, SBR ou culture libre sont très adaptés aux grands volumes à traiter, pour les micro-stations d’épuration collectives, par exemple, à partir de 1 000 habitants. En effet, ces stations d’épuration sont réglées, au jour le jour, par un opérateur qui en ajuste les réglages.

Micro-station à culture fixée, plus performante et économique que la culture libre

Tout d’abord, l’intérêt des micro-stations à culture fixées est que cette technologie dispose toujours d’une décantation primaire et d’un support bactérien. En effet, les boues sont décantées et stockées dans ce premier compartiment. De surcroît, le compartiment d’oxygénation ne reçoit donc que des eaux semi claires et non chargées comme sur une culture libre. De ce fait, les bactéries bénéficient donc d’un support de contact et peuvent donc proliférer en masse, également appelé support bactérien ou nid d’abeille. Cela permet un meilleur rendement épuratoire mais également des fréquences de vidanges très espacées.

Enfin, cela permet également à la micro-station de ne pas avoir à être programmée. Par ailleurs, la population de bactéries étant très importante, les micro-stations à culture fixées sont programmées d’usine. Du coup, elles ne nécessitent pas un réglage régulier de l’usager final. Vous trouverez donc le bénéfice de cette technologie grâce à la micro-station Tricel.